Home » Communiqués de presse, Le fil..., à la une

Communiqués de presse, Le fil..., à la une 5 jan 2012

Loi Salduz: la circulaire du parquet de Bruxelles est un mauvais signal estime Charles Picqué

Conséquence directe de l’entrée en vigueur de la loi Salduz au 1er janvier 2012, une circulaire du parquet de Bruxelles, destinée aux zones de police de l’arrondissement Bruxelles Hal Vilvorde, dresse la liste des infractions pour lesquelles les arrestations ne seront désormais plus nécessaires. Parmi les infractions concernées se trouvent notamment la détention d’armes ou le vol de voitures.

Le Ministre-Président, Charles Picqué est conscient des difficultés pratiques qu’engendre l’application de la loi Salduz en terme de moyens humains et financiers particulièrement dans les grands centres urbains comme Bruxelles où le nombre d’arrestations quotidienne est élevé. Néanmoins, l’application de cette loi ne doit pas se faire au détriment de la sécurité et de la qualité de la justice. Or, cette circulaire donne un mauvais signal tant aux victimes qu’aux délinquants chez qui elle pourrait renforcer le sentiment d’impunité.

Fondamentalement, ce type d’instruction est de nature à mettre à mal la confiance que les citoyens doivent avoir dans nos institutions. C’est d’autant plus vrai que dans nos sociétés modernes, ce sont dans les villes que se joue le défi du vivre ensemble qui suppose non seulement la solidarité mais également l’application ferme et sans ambiguïté de la norme.

Pour Charles Picqué : « cette circulaire est un peu à l’image des échafaudages que l’on laisse depuis des années sur le Palais de Justice sans entreprendre une rénovation de fond. Il est grand temps que l’État fédéral dégage les moyens nécessaires pour faire de la justice et de la sécurité dans la capitale une véritable priorité plutôt que de tenter de bricoler des solutions dont le pragmatisme relève surtout d’un souci d’économie. »