Home » Actualité, Le fil..., à la une

Actualité, Le fil..., à la une 2 mar 2012

Observatoire des bureaux n°29: Légère diminution mais persistance de la vacance

Pour la 5ème année consécutive, la Direction de la Planification (AATL) et le service Inventimmo de la SDRB croisent leurs données afin de présenter une image statistique précise du parc immobilier de bureau en Région bruxelloise.

Les chiffres présentés dans ce nouveau numéro de l’observatoire des bureaux montrent une légère diminution du taux de vacance, de 9,5 % en 2010 à 9,2 % en 2011, malgré une situation de crise économique et  financière qui se poursuit. Ce résultat est notamment dû à une forte baisse des nouvelles surfaces mises sur le marché. On constate d’ailleurs pour la première fois dans l’histoire des bureaux à Bruxelles, que le stock global a légèrement diminué ( – 3 850 m²).

Le centre-ville conserve un faible taux de vacance. Les Quartiers Nord et Européen enregistrent une diminution significative du leur. Par contre, les quartiers décentralisés attirent de moins en moins d’occupants potentiels et la vacance y atteint 13,9%. Pour rappel, la situation est bien plus critique en périphérie où le taux de vacance des bureaux dépasse toujours les 30%.

En regard du contexte économique ambiant, le secteur immobilier semble tirer son épingle du jeu à Bruxelles. Il le doit essentiellement au faible nombre de projets développés ces dernières années.
En établissant une analyse plus précise, il apparaît que les superficies de bureaux restent vides de plus en plus longtemps. La question d’une suroffre structurelle se pose avec acuité. Près de 590.000 m² (la moitié de la vacance) n’ont pas trouvé d’occupants depuis plus de 2 ans.

Charles Picqué, Ministre-Président de la Région de Bruxelles-Capitale: ” La vacance reste plus élevée en seconde couronne et en périphérie que dans le centre. Ce qui confirme que l’accessibilité en transport publics constitue le critère principal de la localisation des emplois sédentaires de haute densité. Je constate que le marché aujourd’hui est également sensible à ce critère. Il faut donc poursuivre la concentration des pôles d’activités tertiaires autour des principaux nœuds de transports en commun ainsi que la dynamique de reconversion des immeubles administratifs devenus obsolètes. Cette stratégie est de nature à améliorer les conditions d’un aménagement du territoire plus durable“.

Communiqué de presse

Persbericht

SDRB