Home » Le fil..., à la une

Le fil..., à la une 13 déc 2012

Evolution des bureaux à Bruxelles: 15 ans d’observation

Le Ministre-Président Charles Picqué a présenté à la presse ce midi les résultats 2011 de l’Observatoire des bureaux ainsi qu’une étude du bureau Art&Build sur la convertibilité des immeubles de bureaux en logements ou en équipements.

A l’heure où Bruxelles fait face à un essor démographique sans précédent, l’objectif est de réfléchir à toutes les solutions permettant d’augmenter le parc de logements dans la capitale.

Comme chaque année, ce numéro de l’Observatoire des bureaux fait le point sur l’ensemble des permis de bureaux délivrés en 2011. Il aborde le sujet sous divers angles, tels que l’ampleur des travaux (quantification en m², augmentation ou diminution des surfaces), leur nature (rénovation, construction), leur localisation, etc. Il met également en avant les conversions de bureaux vers d’autres usages.

Tout d’abord, un constat exceptionnel : depuis plus de 20 ans, c’est la première fois que l’on enregistre un chiffre si faible de nouvelles implantations. Avec moins de 2 500 m², on peut presque dire que la perspective de construction de nouveaux bureaux est arrêtée. L’année 2011 présente un profil particulièrement marqué par le maintien d’un contexte économique et financier plus que difficile. Les superficies totales autorisées n’ont jamais atteint un niveau aussi faible : 155.275 m². Pour la 2ème fois en 15 ans d’observation, on aboutit à une diminution de la surface totale du parc de bureaux de 48.396 m².

Autre phénomène significatif : la reconversion des immeubles obsolètes ou vacants se poursuit à un rythme élevé (près de 66 000 m², auxquels il faut ajouter 7 000 m² de démolition pour un total de  diminution de 73 300 m²). Ainsi, certains immeubles qui, a priori ne semblaient pas facilement convertibles à cause, par exemple, d’une trop grande profondeur de construction ou une ampleur des plateaux à chaque étage, font tout de même l’objet de projets de conversion en logements. La conversion en équipement scolaires ou autres se conçoit plus facilement pour des immeubles de grande taille. On retiendra particulièrement dans ce cadre la conversion de deux immeubles à Saint-Gilles, désormais occupés par la faculté d’architecture Saint-Luc ; la démolition / reconstruction en hôtel de l’ancien immeuble du journal ‘Le Soir’ rue Royale, la conversion de deux immeubles en seniories à Laeken et Neder-over-Hembeek ou encore la conversion partielle de l’ancien immeuble Dexia rue de la Banque. Ce sont donc 65.963 m² de bureaux dont la conversion a été autorisée en 2011, dont 53 % à usage de logement, 24 % à usage d’équipement (enseignement surtout) et 22 % à un autre usage (hôtel).

Pour le Ministre-Président Charles Picqué : « A l’heure où Bruxelles fait face à un essor démographique important, il faut soutenir et encourager ce processus de reconversion. En effet, bien que la production des logements ait augmenté ces dernières années avec environ 4100 unités mis en chantier et terminés chaque année, le rythme actuel de production ne permet pas de rencontrer les besoins en logement des quelques 7.000 ménages supplémentaires escomptés annuellement durant les dix ans à venir. Il faut donc imaginer de nouvelles pistes de production. Et la reconversion des bureaux en logements est évidemment une piste privilégiée pour répondre au problème de vacance du parc tertiaire mais surtout au manque de logement et d’équipements scolaires. »

L’observatoire des bureaux 2011

Le discours de Charles Picqué

L’étude d’Art & Build