Home » Communiqués de presse, Le fil...

Communiqués de presse, Le fil... 20 déc 2012

Patrimoine: 6000 arbres remarquables à Bruxelles!

Le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, sur proposition de Charles Picqué, Ministre-Président en charge du Patrimoine, a entamé ce jeudi 20 décembre la procédure de sauvegarde de 6 nouveaux arbres bruxellois :

- un platane commun sis rue de la Procession 24 à Anderlecht ;
- deux hêtres pourpres sis champ du Vert Chasseur 38 à Bruxelles ;
- un platane d’Orient sis avenue du Derby 12 à Ixelles ;- un érable plane sis rue du Trône 156 à Ixelles ;
- un érable sycomore sis avenue du Chant d’Oiseau 88 à Woluwe-Saint-Pierre.

Pour Charles Picqué « L’arbre est un élément important du paysage urbain : que ce soit le long des grandes avenues ou dans les jardins publics ou privés, il fait partie de notre paysage, de notre environnement et participe au bien-être de la vie en ville. Ce patrimoine vivant mérite toute notre attention. L’inventaire des arbres remarquables est un outil particulièrement pertinent  pour nous donner les moyens de cette attention. Bruxelles a hérité d’un patrimoine ligneux exceptionnel qu’il nous appartient de préserver, ce que le Gouvernement bruxellois s’attache à faire lorsqu’il opte pour la sauvegarde des specimens les plus remarquables ».

129 arbres sauvegardés à Bruxelles !

En 2012, 286 arbres remarquables ont été recensés, en site public ou en jardin privé, sur l’entièreté du territoire régional. Ils sont venus s’ajouter à l’important corpus d’arbres déjà identifiés par la Direction des Monuments et des Sites : ce sont plus de 6000 arbres qui figurent aujourd’hui à l’inventaire des arbres remarquables. La Région dispose de photographies pour plus de la moitié d’entre eux. Celles-ci sont visibles sur le site web de l’inventaire des arbres (http://www.arbres-inventaire.irisnet.be).

En 2012, 23 arbres ont bénéficié des mesures de protection légales. Il s’agit d’arbres présentant une valeur patrimoniale importante, déterminée sur base de critères comme la circonférence du tronc mesurée à 1.5 m de hauteur, la rareté de l’espèce, sa visibilité depuis l’espace public, sa conformation, son état sanitaire…

Le Gouvernement vient d’entamer la procédure de sauvegarde  du plus gros exemplaire de platane connu, à Anderlecht, dans un jardin privé rue de la Procession (531 cm de circonférence) ou encore d’un platane d’Orient dont la couronne se déploie sur près de 30 mètres d’envergure, dans un jardin privé de l’avenue du Derby à Ixelles. Toujours à Ixelles, notons un érable plane dans un intérieur d’îlot rue du Trône : cet arbre est non seulement le plus gros exemplaire connu pour cette espèce dans la commune, mais présente aussi une silhouette particulière, faite de deux grosses branches maîtresses supportant de nombreuses ramifications dressées dont certaines ont fusionné à la base.

Le nombre total d’arbres sauvegardés en Région de Bruxelles-Capitale passe dès lors à 129. Pour ces arbres-là, une attention particulière est requise pour toute intervention autre que le simple entretien : un permis d’urbanisme est nécessaire dès lors que l’on souhaite réaliser des travaux dans l’emprise du site protégé. Par entretien d’un arbre, on entend la taille des branches mortes, mal insérées ou mal conformées dont le diamètre ne dépasse pas 5 cm.

La brochure « L’arbre dans la ville », diffusée par la Direction des Monuments et Sites de la Région de Bruxelles-Capitale apporte toutes les informations utiles sur les bonnes pratiques d’entretien, pour s’assurer la pérennité de l’arbre tout en respectant sa biologie. La brochure donne aussi les règles de plantations et s’adresse au grand public et aux professionnels. Elle est téléchargeable sur le site web de l’inventaire des arbres.

Bruxelles est particulièrement riche en arbres remarquables comparativement aux autres villes européennes

Son urbanisation tardive, liée à son essor économique de la fin du 18e début du 19e siècle a permis la création de grands domaines appartenant à la haute bourgeoisie. Ces domaines ont été urbanisés de manière peu dense, ce qui a permis la conservation de vastes îlots arborés dont les arbres remarquables que nous connaissons maintenant sont les derniers témoins.

Que traduit la diversité des essences à Bruxelles ?

La diversité des essences sur le territoire régional traduit les effets de mode du siècle passé, le goût pour la nouveauté liée à l’esprit d’entreprise dont faisait preuve la Belgique à cette époque.
Parmi les essences « importées », les marronniers, hêtres pourpres et platanes sont les espèces les plus fréquemment rencontrées. Parmi les essences moins fréquentes, on rencontre le séquoia géant, l’araucaria, le tulipier ou, plus rare encore, le zelkova du Japon, les micocouliers… On trouve également à Bruxelles des exemplaires uniques, comme le muscadier de Californie, le tilleul d’Amérique, l’érable de Montpellier, des cultivars de châtaigniers aux feuilles découpées, aux feuilles panachées…

Une exposition intitulée « Comme un arbre dans la ville », illustration du patrimoine dendrologique de la capitale aura lieu du 7 mars au 30 avril 2013 aux Halles Saint Géry. Cette exposition est le fruit d’une collaboration entre la DMS et l’institut Paul Hankar.