Home » Actualité, Bruxelles / Brussel, Le fil..., discours, non-classés, à la une

Actualité, Bruxelles / Brussel, Le fil..., discours, non-classés, à la une 23 mai 2014

Le 25 mai, défendez Bruxelles!

J’avais entamé la campagne en disant qu’il fallait être vigilant pour Bruxelles. La dernière réforme de l’Etat a, certes, permis des avancées, mais certains du côté de la Flandre rêvent encore et toujours de déconstruire la Région bruxelloise et d’en faire une ville qui serait cogérée par eux.

Le début de la campagne fut dominé par le socio-économique et des questions fondamentales comme la réforme fiscale et le pouvoir d’achat.

Mais le communautaire n’est jamais loin, et les avions se sont progressivement imposés dans la majeure partie des débats. Ce sera un des premiers dossiers à régler par le prochain gouvernement. Il faut aboutir, et vite, à une solution qui respecte l’ensemble de la population bruxelloise, sans la diviser. Pour ce faire, nous réclamons la réalisation à court terme de plusieurs mesures importantes (période opérationnelle de jour à partir de 7h, respect strict des normes de bruit encadrant le survol de Bruxelles et mise en demeure des compagnies aériennes en infraction, …). Depuis plus de vingt ans, je prône l’organisation d’une communauté urbaine rassemblant Bruxelles et sa périphérie. Cette communauté urbaine a été formellement créée lors de la dernière réforme de l’Etat. La mise en œuvre de cette communauté urbaine se justifierait pour résoudre la question des avions.

Car il s’agit bien de faire respecter Bruxelles par les autres niveaux de pouvoir. Parmi d’autres, et à titre d’exemple, deux revendications bruxelloises devront être portées rapidement à la table des négociations au lendemain des élections du 25 mai:

- Le refinancement des zones de police. Les zones de police bruxelloises sont très désavantagées par un mécanisme de financement arrêté en 2001 dans le cadre de la réforme des polices. Aujourd’hui, les zones de polices bruxelloises sont financées à concurrence de 32% par le fédéral contre 45% en Région wallonne et 35,5% en Région flamande. Les raisons de ces disparités: les fameuses normes KUL qui servent de base au calcul des dotations fédérales aux zones de police et qui sont défavorables aux grands centres urbains. Par exemple, les normes KUL se basent sur les données population de 2001 et n’incluent pas le nombre de navetteurs! Ce sous-financement par le fédéral conduit à réduire les moyens d’action de nos communes, moyens qui seraient pourtant bien utiles dans beaucoup d’autres domaines;

- La mise en œuvre d’un plan financier de la SNCB en faveur de Bruxelles, pour que le rail soit un vrai mode de déplacement au service des Bruxellois et que des gares dignes de ce nom soient aménagées pour faciliter les déplacements dans la ville.

Comme toutes les grandes villes dans le monde, Bruxelles doit relever bien des défis. Nous avons obtenu plus de moyens financiers lors de la dernière négociation institutionnelle, mais il faudra éviter de disperser ces moyens et consacrer quelques grandes priorités qui concernent la vie quotidienne des gens et donc le plaisir de vivre à Bruxelles.

Plus que jamais nous serons au rendez-vous de l’avenir, au rendez-vous des écoles et des crèches à construire, au rendez-vous de la dynamique économique qui crée des emplois, au rendez-vous de la qualité de la vie par la rénovation et l’embellissement des quartiers.

Pour réaliser ces projets, nous aurons besoin d’un gouvernement bruxellois fort et cohérent, mais également d’une Fédération Wallonie/Bruxelles dynamique tant par ses projets que par ses liens fonctionnels avec la Région bruxelloise pour mener à bien les objectifs en matière d’enseignement et de petite enfance.

J’ai consacré l’essentiel de ma vie politique à la défense de Bruxelles, parce que c’est un combat vital pour chacun d’entre nous. J’ai pu encore le mesurer au cours des nombreuses rencontres de ces dernières semaines.

Demain je poursuivrai ce combat en étant présent là où l’avenir de Bruxelles se décidera.

Charles Picqué