Home » Communiqués de presse, Le fil...

Communiqués de presse, Le fil... 19 nov 2009

Lutter contre le décrochage scolaire pour garantir la cohésion sociale

Sur proposition de Charles Picqué, le gouvernement bruxellois a décidé de soutenir des projets qui ont pour objectif de lutter contre le décrochage scolaire. Cette année, ce sont quelque 318 projets qui sont subventionnés pour un montant de 1.448.511 euros. Ces projets touchent actuellement plus de 22.000 élèves.

Sur proposition de Charles Picqué, le gouvernement bruxellois a décidé de soutenir des projets qui ont pour objectif de lutter contre le décrochage scolaire. Les tensions que vivent certains quartiers de la capitale soulignent le rôle crucial des politiques préventives et sécuritaires tels que le Dispositif d’Accrochage Scolaire.

Ce dispositif, qui  vise à lutter contre les phénomènes de décrochage scolaire et de violence à l’école, tant dans l’enseignement fondamental que dans le  secondaire, tous réseaux et rôles linguistiques confondus,  existe depuis 2000. Sa mise en place fait suite à une note particulièrement inquiétante de la section Jeunesse du Parquet de Bruxelles qui soulignait l’importance de la délinquance des jeunes durant les heures scolaires.

A Bruxelles, le phénomène est particulièrement important, puisque le problème de l’abandon scolaire prématuré (ASP) atteint  20,2% contre 14,3% en Wallonie et 9,3% en Flandre. Outre les problèmes en termes de cohésion sociale et le sentiment d’insécurité qu’il génère, le décrochage scolaire a aussi des conséquences négatives au niveau socio-économique.

Pour bénéficier du DAS, les  établissements scolaires doivent répondre à l’appel à projets lancé par le Gouvernement en proposant des actions spécifiques de lutte contre le décrochage.  Les actions du DAS promeuvent l’insertion de l’école dans le quartier en améliorant la sécurité ambiante; ces projets aident les enseignants en dynamisant l’équipe éducative et en assurant une mission de coaching, la communication non violente permet de réduire les tensions et conflits présents au sein de l’établissement scolaire.

Les ateliers de remédiation organisés dans le secondaire augmentent le taux de réussite scolaire et diminuent fortement l’absentéisme.

Le programme DAS a connu une évolution et un succès spectaculaire: en 2000-2001, 44 projets ont été retenus pour un budget de 170.000 euros. Cette année, ce sont quelque 318 projets qui ont été subventionnés pour un montant de  1.448.511 euros euros. Ces projets touchent actuellement plus de 22.000 élèves.