Home » Actualité, Communiqués de presse, Le fil..., non-classés, à la une

Actualité, Communiqués de presse, Le fil..., non-classés, à la une 18 oct 2010

La façade de l’hôtel Aubecq reconstituée

 

Démoli en 1950, l’hôtel Aubecq représentait un joyau de l’œuvre de Victor Horta, figure essentielle de l’architecture Art Nouveau en Belgique.

Lors de la démolition en 1950, les pierres de façades avaient été démontées et après plusieurs années passées dans divers entrepôts, la Région a décidé d’accorder une nouvelle vie à cette œuvre extraordinaire et la rendre à nouveau accessible au public.

Le résultat est assez extraordinaire : la finesse de la sculpture de ces pierres, notamment, est incroyable et témoigne d’une maitrise professionnelle rarement égalée.

L’étude confiée par la Région à Nicolas Creplet et qui s’achèvera cette année encore, était indispensable pour avoir une connaissance précise de l’état des pierres et les possibilités qui s’offrent en terme de reconstruction éventuelle. Le relevé par caméra scanner est également un outil de premier ordre qui devrait permettre à la région de recréer virtuellement cette façade.

La question qui se pose est évidemment : Que va-t-on faire de ce chef d’oeuvre?

A court terme :

Charles Picqué : « D’abord, pour fêter dignement le 150ème anniversaire de la naissance de Victor Horta, je souhaite que l’on présente cette façade, en l’état, au public. La Direction des Monuments et Sites va donc organiser en 2011 une exposition rappelant l’histoire de cette merveille, donnera les conclusions de l’étude qui est en cours et présentera plus en détail l’avenir que nous souhaitons lui réserver. Le public aura la possibilité de venir découvrir cette façade. »

A moyen terme :

Parallèlement au développement de cette exposition, il faut trouver une place définitive pour cette façade et plusieurs pistes sont actuellement en cours de réflexion.

Pendant 50 ans, on a cherché un lieu approprié pour accueillir cette façade à reconstruire et la compléter. Mais aucun lieu ne convenait.

Au-delà du lieu, se posent de nombreuses questions sur la manière de reconstruire un tel bâtiment : la façade n’étant que partielle, faut-il reconstruire à l’identique le retour? Faut-il reconstruire l’ensemble du bâtiment à l’identique? Et ainsi faire du faux vieux? Ou coller les restes de cette façade à un bâtiment contemporain? ….

Ou alors ne vaut-il pas mieux conserver la cohérence et l’authenticité de ce dont nous avons hérité pour en tirer un maximum d’enseignements?

Ces pierres, ferronneries et portes sont extraordinaires et témoignent d’un art de bâtir de très grande qualité. Un tel trésor constitue donc une réelle opportunité pour la Région bruxelloise de développer un projet mobilisateur pour les bruxellois.

Charles Picqué : « Et je suis particulièrement motivé par le développement d’un Centre de l’Art Nouveau qui mettrait en valeur cette architecture de renommée mondiale et qui abriterait la façade de l’hôtel Aubecq, remontée verticalement … ou pas ! Les puristes me rétorqueront que cette façade a été conçue pour être vue de manière verticale mais je trouve également que la laisser couchée aurait du sens. La question n’est pas encore tranchée.

En tout cas, un tel Centre pourrait servir de point de départ à la visite de Bruxelles, capitale de l’Art Nouveau, et à l’égal d’autres centres dit d’interprétation qui existent ailleurs en Europe (on pense aux centres de Glasgow, d’Alesund, de Barcelone etc.), rassembler toute une série d’informations sur cette architecture si riche en Région bruxelloise.

Une visite de ce centre pourrait ainsi être servir de point de départ d’un circuit de visites des bâtiments Art Nouveau accessibles au public qu’ils soient de Victor Horta ou d’autres architectes connus ou moins connus.

Ce projet viserait un public extrêmement large : du simple touriste d’un jour au spécialiste de l’architecture en passant par les écoles et les familles ou simple amateurs de patrimoine.

Reste à trouver un lieu approprié pour développer un tel projet et le financement pour le développer. Je suis persuadé qu’un projet de cette ampleur, présente de telles garanties de retombées internationales notamment au niveau touristique qu’il attirera des investisseurs, publics et privés! »